Page d'accueil » Culture » Archives & Histoire » Pages d’Histoire » Sainte-Thérèse, l’église du plateau
Sainte-Thérèse, l’église du plateau

31 décembre 1931, c’est la fête sur le « plateau », les nouveaux Saviniens, les « lotis » assistent à la reconnaissance de leur quartier avec la consécration en paroisse autonome de leur église dédiée en ce jour à Saint Thérèse de Lisieux, tout récemment canonisée.

Après la 1ère Guerre mondiale, le petit village rural d’Ile de France qu’est encore Savigny-sur-Orge, se transforme comme l’ensemble de ce qui devient la « banlieue parisienne ». Plusieurs causes à ce phénomène : La crise du logement à Paris, l’abandon de nombreuses terres agricoles suite à la guerre, les lois sociales favorisant l’accession à la propriété. Ainsi apparaît le mouvement des lotissements. À Savigny, les terrains agricoles du plateau appartenaient à la ferme de Champagne. Son propriétaire exploitant étant mort au champ d’honneur en 1915, les terres sont vendues par l’intermédiaire de sociétés immobilières, les acheteurs, ouvriers et employés de condition modeste vont y construire de petites maisons dans des conditions assez sommaires au début. En quelques années, le chiffre de la population explose : 1 900 habitants en 1923, 7 à 8 000 à la fin des années 1920. La municipalité de Savigny tente de suivre l’évolution, réalisant dans un premier temps la viabilisation des terrains, puis, engageant les projets de construction des équipements publics nécessaires à cette nouvelle population. Première réalisation : les écoles Jules Ferry.  L’abbé Deutsch, curé de Savigny, s’inquiétant de voir les nouveaux Saviniens trop éloignés de l’église Saint-Martin, obtient de Madame Serres, épouse du propriétaire du domaine de Grand Vaux et de terrains à Savigny, qu’elle cède une parcelle à l’évêché. Une baraque en bois vite édifiée sert tout d’abord de chapelle, elle se révèle vite trop petite. L’église qui lui succède sera construite en plusieurs étapes : la première pierre est bénie le 1er avril 1928. Et la paroisse devient indépendante de celle de Saint-Martin en 1931. Le presbytère et la sacristie sont construits en 1935 Le bâtiment simple de 1928, sera agrandi en 1939. Puis en 1941 l’église prend enfin sont aspect définitif : on construit un clocher carré pourvu d’une cloche, ce clocher fait également office de porche d’entrée. Elle est entièrement décorée par les paroissiens. L’autel et la fresque du chœur en mosaïque en 1942 par M. Maumejan, les statues de sainte Thérèse et de saint Joseph sont sculptées par M. Serraz et installées en 1944. Les premiers vitraux dataient de 1943, très abîmés ils sont remplacés en 1967 par des pavés de verre venant de l’abbaye de Saint-Benoît dans le Loiret. Dernier embellissement intérieur, l’orgue, créé par le facteur Delhumeau, installé en 1987. Enfin en 2005, une salle paroissiale est ajoutée à l’église et l’ensemble du bâtiment est ravalé et repeint. Les abords de l’église ont été plusieurs fois remaniés et embellis pour suivre l’évolution des modes de vie. De nombreux bâtiments publics marché, poste, terrains de sports…sont venu au fil du temps et des besoins se grouper autour de l’église, faisant de Sainte-Thérèse le cœur d’un nouveau quartier.