Page d'accueil » Culture » Archives & Histoire » Pages d’Histoire » Les évènements de juin 1940 à Savigny
Les évènements de juin 1940 à Savigny

Après la déclaration de guerre le 3 septembre 1939, la France subit la « drôle de guerre » durant laquelle les troupes attendent l’offensive allemande derrière la ligne Maginot. Jusqu’au 10 mai 1940, quand, passant brusquement à l’attaque, l’ennemi envahit les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Le front français est percé sur la Meuse puis près de Sedan, les divisions allemandes foncent sur l’Oise et la Somme puis sur Paris, bombardant intensément pour préparer l’arrivée des troupes. Savigny subit un premier bombardement le 3 juin en milieu de journée. De nombreuses rues sont touchées. Les dégâts sont importants, on déplore deux personnes tuées et de nombreux blessés.

Fuyant l’invasion des troupes allemandes, la population de Belgique et du nord de la France s’enfui vers le sud. De nombreux réfugiés traversent Savigny. La salle des fêtes est aménagée pour les accueillir quelques heures pendant la nuit. Tandis que le gouvernement se replie sur Bordeaux, la panique gagne aussi les Saviniens, et beaucoup commencent à quitter la ville. Sur recommandation du Préfet, la municipalité décide d’évacuer un maximum d’enfants vers la colonie de vacances de La Tranche-sur-Mer, en Vendée. La gare de Savigny étant fermée depuis le 12 juin, c’est en camions, bennes et camionnettes de la ville que les enfants prennent le départ, encadrés par des employés communaux. Le 14 juin, en début d’après-midi, les premiers éléments motorisés allemands entrent à Savigny. Un combat s’engage au carrefour de la rue Boileau et de la rue Jean Allemane. Un char français et une automitrailleuse allemande sont détruits, l’équipage du char est tué. Savigny essuie encore plusieurs bombardements les 14 et 15 juin, le château brûle, de nombreuses maisons sont endommagées. Un régiment allemand défile devant la mairie. La ville est totalement désorganisée, un grand nombre de Saviniens ont fuit.

Le 21 juin, l’armistice est signé, la France écrasée est divisée. Savigny se retrouve dans la zone occupée, où les militaires allemands dominent une administration au service de l’État Français. Petit à petit, la plupart des Saviniens finissent par rentrer chez eux. Une longue occupation commence…