Les écoles de Savigny-sur-Orge

Par les lois de 1881 et 1882 la 3ème République crée l’instruction publique : gratuite, obligatoire et laïque. Elle impose par là -même des obligations aux communes qui ont une place d’intermédiaires entre l’Etat et la population. À Savigny-sur-Orge, comme dans bien d’autres communes, l’école était déjà présente.

Ecole de garçons

En 1847 la municipalité fait construire rue de l’église un bâtiment comprenant la mairie, l’école et le presbytère. Il doit remplacer la maison commune et la maison d’école situées près du château (rue Charles Rossignol), toutes deux jugées insalubres depuis déjà longtemps.

La nouvelle école est composée d’une classe de 9 mètres sur 6 et d’une cour de 12 mètres sur 9.
Durant une trentaine d’années elle suffira à l’instruction des petits saviniens.
Mais en 1881 le Conseil Municipal prend conscience des problèmes d’insalubrité et d’exiguïté de la classe, surtout dans la perspective de la prochaine loi sur l’instruction primaire obligatoire.

En 1883 les écoliers feront leur rentrée dans une nouvelle école située avenue de la gare, et la salle de classe désaffectée sera transformée en salle de réunions pour agrandir la mairie mitoyenne.

Ce bâtiment est actuellement utilisé par l’Ecole municipale d’Arts plastiques.

Ecole Joséphine

En avril 1844 la Maréchale Davout offre de prendre en charge la construction d’une école de filles, école dont la nécessité se faisait sentir depuis déjà quelques années. A son ouverture en 1847, la Maréchale lui donne le nom d’une de ses filles décédée, et en fait don à la commune. Cette école comprend une classe, l’institutrice est une religieuse. En 1851 y est ajoutée une classe maternelle appelée alors « salle d’asile », puis une seconde classe primaire en 1883, et une troisième après travaux en 1910.
Elle est laïcisée en 1886.

Dès 1880 l’école est l’objet de travaux fréquents, des projets de nouvelle construction se multiplient qui n’aboutissent pas à cause de la première guerre mondiale.
En 1925 l’école s’agrandit d’une quatrième classe. Ce n’est qu’en 1932 que les fillettes de Savigny déménageront pour un nouveau bâtiment construit à l’angle de l’avenue Carnot et de la rue de la Liberté.

Ce bâtiment est désormais prêté aux associations de Savigny pour leurs activités.

Ecole "Ferdinand Buisson", école de garçons "du centre"

1880, l’école de garçons se révèle trop petite : une classe pour 70 à 75 enfants ! De plus la perspective de devoir accueillir tous les garçons en âge scolaire en raison de la loi Ferry, pousse la commune à engager la construction d’un nouveau bâtiment. Celui ci est achevé en 1883.

Située à mi-pente au-dessus du village, voisine d’un parc, comprenant deux classes spacieuses et bien éclairées meublées de neuf, une vaste cour, deux logements d’instituteurs et un jardin c’est, de l’avis de l’instituteur en poste en 1899, l’école idéale.

Ce n’est qu’en 1925 au début des lotissements qu’on y ajoute une classe.
En 1926 la municipalité y fait installer l’éclairage électrique et surtout une "cantine", en fait un réfectoire avec "chaufferie" pour réchauffer les plats apportés par les enfants.

En 1929, le problème de l’accroissement de la population se fait de nouveau sentir : 65, 55 et 71 élèves dans les trois classes. Une classe provisoire est installée en attendant un agrandissement de trois classes toujours accompagnées des logements correspondants pour les instituteurs.
Un nouvel agrandissement de huit classes est réalisé entre 1957 et 1960.

En 1970, avec la mixité à l’école les filles font leur entrée à « Ferdinand Buisson ».

Groupe scolaire du plateau, "Jules Ferry"

1927 : le développement des lotissements sur le plateau bat son plein, la population de Savigny est passée de 1893 habitants en 1923 à environ 7 à 8000. On évalue à 970 les enfants en âge scolaire alors qu’il n’existe que 3 classes à l’école des garçons et 4 à celle des filles.

Le problème est repoussé provisoirement avec l’aménagement de 2 classes dans les locaux vides de la ferme de Champagne prêtés par les propriétaires. L’Etat et le département sont sollicités pour subventionner la construction d’un groupe scolaire sur le plateau.

Construit en 1928, il ouvre ses 10 classes en 1929.
Il s’avère hélas tout de suite trop petit, et les agrandissements se succèdent : 2 nouvelles classes en 1930, 4 en 1931, 4 en 1933 ; et enfin 10 classes entre 1957 et 1960.

Ecole de filles "du centre" : "Paul Bert"

En 1930 la commune acquiert des terrains pour la future école des filles, les travaux suivent. A l’ouverture en 1933 elle possède 9 classes : les 4 transférées de l’école Joséphine auxquelles ont été ajoutées 5 nouvelles classes. L’école accueille les filles et les enfants des classes maternelles.

Comme pour l’ensemble des groupes scolaires de Savigny l’augmentation de la population entraîne rapidement des problèmes de sureffectifs. En 1935 l’école possède 14 classes. En 1954 le bâtiment du réfectoire est surélevé pour y loger 3 classes, puis entre 1957 et 1960 l’école est de nouveau agrandie de 7 classes.

C’est au début des années 1970 que l’école primaire deviendra un C.E.S.

Ecole "Aristide Briand"

L’école Jules Ferry se révélant très vite insuffisante pour répondre au problème de surpopulation scolaire, le projet d’un autre groupe scolaire sur le plateau naît très rapidement.

Le lieu est choisi en 1931 : avenue de Joyeuse, La décision de construire est prise en 1932.
La nouvelle école ouvre pour la rentée de 1936 avec 12 classes.

En 1946 s’y installe le premier centre médical scolaire.

Ecole "Kennedy", le groupe scolaire des Rossays

Compte tenu d’un projet de groupe d’habitations dans le quartier des Rossays, la commune prévoit en 1961 la construction d’un groupe scolaire comprenant 25 classes – de la maternelle au C.E.G. – et 8 logements d’instituteurs auxquels on ajoute un gymnase et deux plateaux d’évolution.

L’inauguration a lieu en 1963.

Ecole "Saint Exupéry" à Grand-Vaux

En 1961 l’ensemble immobilier de Grand-Vaux se peuple. Pour faire face au nombre grandissant d’élèves, la municipalité lance le projet de construction d’un groupe scolaire. Avec 48 classes primaires, 12 classes de maternelles et 18 logements d’instituteurs, c’est le plus vaste de la commune. L’importance du projet oblige à prévoir deux tranches de réalisation. La première est lancée en 1962, la seconde en 1964.

En 1966 le Conseil Municipal approuve la transformation des locaux de la deuxième tranche en C.E.S. : le Collège. Jean Mermoz.

Ecole des Gâtines "Louise Michel"

En 1967, la construction prochaine de 328 logements au lieu dit "les Gâtines" entraîne l’avant projet de réalisation d’un groupe scolaire de 14 à 15 classes.

Ce n’est qu’en 1972, après de nombreuses démarches auprès de l’Etat, que le projet de 12 classes sur deux niveaux est accepté, les subventions ne sont accordées que pour 5 classes. Malgré tout le projet est mené à bien : l’école ouvre ses portes le 1er janvier 1973.