Page d'accueil » Le site » L’EXPRESSIONNISME PAR LIONEL DE KERYS
UN VOYAGE PICTURAL
L’EXPRESSIONNISME PAR LIONEL DE KERYS

« Je peins avec mes nerfs. Je peins avec mon sang » disait Emil Nolde, l’une des grandes figures du courant expressionniste dont le tableau Danse autour du veau d’or reste l’une des plus célèbres toiles. L’expressionnisme fut un courant allemand et autrichien que les Nazis traitèrent de dégénérescence en brûlant un grand nombre de toile durant la première partie du XXe siècle.

Avec pédagogie et talent, le conférencier Lionel de Kérys a ainsi raconté, tableaux en exemples, ce courant pictural si mal connu et qui prend forme dès 1905 à travers deux filiations : Le pont (die Brücke) et Le cavalier bleu (der Blaue Reiter) mais dont les origines s’inscrivent déjà dans les œuvres du Néerlandais Van Gogh et du Norvégien Evard Munch, célèbre pour Le Cri (1893).

A l’occasion de cette conférence, lundi 4 mai, les spectateurs ont pu saisir les enjeux d’une période troublée avec les traumatismes de la Grande Guerre qui influença le pinceau de cette générations d’artistes. Théorisé à Berlin en 1911, l’expressionnisme se définit alors en s’opposant à l’impressionnisme, notamment en regroupant lors une grande exposition dans la capitale allemande fauves et cubistes.

Lionel de Kérys proposa ainsi ce voyage pictural à travers une sélection de toiles de quelques artistes majeurs parmi lesquels George Grosz, Emil Nolde ou encore Egon Schiele. Si le courant ne transcrit pas des thèmes joyeux mais volontiers torturés, l’invité de Joëlle Eugène, le maire adjoint responsable de la Culture, a cependant su avec brio soutenir l’attention d’une audience concentrée.