Page d'accueil » Le site » L’EPOPEE DE LA LEGION ETRANGERE
RETOUR SUR...
L’EPOPEE DE LA LEGION ETRANGERE

Quel est le point commun entre l’écrivain allemand Ernst Jünger, le documentariste Frédéric Rossif, l’ancien Premier ministre Pierre Mesmer et le Président de la République française Mac Mahon ? Tous ont appartenu à la Légion étrangère. A l’occasion d’une passionnante conférence célébrant ce corps spécifique de l’Armée de terre le mercredi 8 avril à la Salle des Fêtes, le Commandant Jean Aberlot a détaillé pendant plus d’une heure son historique (elle a été fondée par le roi Louis Philippe le 9 mars 1931), ses faits d’armes (des campagnes au Mexique entre 1863 et 1967 aux plus récentes en Afrique du nord) et son fonctionnement si particulier. Ce corps qui a pour emblème « Honneur et fidélité » représente 7 % des effectifs de l’Armée de terre et ne peut combattre qu’en dehors de notre territoire.

Un aspect social inattendu

L’aspect décrit le plus inattendu durant cette conférence aura été l’aspect social. Si le nombre de légionnaires a fondu, passant de 500 000 hommes il y a peu à 6 900 aujourd’hui, le recrutement reste strict et seulement un candidat sur huit est sélectionné. Deux possibilités peuvent permettre ce recrutement : soit sous une identité réelle soit sous une identité déclarée lorsque le postulant est en grande rupture avec son passé. Alors le corps lui offre une identité de substitution et le commandement de la Légion étrangère prend en charge la responsabilité juridique du nouvel impétrant. Celui-ci durant cinq années n’a ni le droit de posséder un véhicule, ni la possibilité de se marier voire d’emprunter de l’argent. Un grand nombre de recrues (âge médian, 23 ans et 6 mois) sont effectivement en rupture, familiale ou sociale. En leur offrant un nouveau cadre de vie, de nouvelles valeurs et des règles de vie adaptées à ce parcours différent, et malgré un comportement parfois instable de ces nouveaux soldats, la Légion étrangère leur permet de prendre un nouveau départ de vie. Le recrutement ne s’effectue aussi que sur le territoire hexagonal pour ne pas favoriser l’immigration clandestine dans des zones sensibles comme la Guyane ou Kourou. La conférence s’est achevée par la remise de la médaille de la ville au Commandant par le Maire adjoint chargé des Anciens combattants, Daniel Guetto, et par le verre de l’amitié partagé par tous.


Quelques photos...


Document