Le domaine de Courte-rente

Construite au XVIIIe siècle, cette maison appartient à un bourgeois parisien, Marie-Nicolas Pigeon, avocat au Parlement de Paris sous Louis XVI et conseiller-secrétaire du roi. Le corps principal du logis détruit en 1904 avait son entrée au 13 de la rue Chateaubriand. Le domaine de la Courte-Rente doit sa renommée aux illustres personnages qui l’ont habité.

En 1801, Pauline de Beaumont, fille de Montmorin, Ministre de Louis XVI, loue cette maison pour y abriter ses amours secrètes avec Chateaubriand. C’est là que l’écrivain romantique apporte la dernière touche à son célèbre ouvrage « Le Génie du Christianisme ». Joseph Joubert (1754-1824), moraliste, vient souvent leur rendre visite. C’est lui, ami des Vintimille, qui trouva cette location à Pauline de Beaumont, à qui il voue un amour platonique.

Puis Jean-Baptiste Launay, fondeur de la colonne Vendôme, s’y installe avec sa famille.

En 1842, le domaine est coupé en deux par la voie ferrée. C’est dans la partie haute qui subsiste seule, au 39 rue de la Fontaine Blanche que vécut la descendance de l’éditeur Roret gendre de Launay.

Après la construction d’immeubles rue Chateaubriand, seul le portail du domaine subsiste. Témoin du passé du quartier, il est remis en valeur en 2007 sur la place Monge.