Page d'accueil » Le site » Peter Kingsbery
RETOUR SUR...
Peter Kingsbery

Après toutes ces années de succès puis quelques éclipses scéniques, la voix de Peter Kingsbery est intacte et a gardé toute la sensibilité de l’émotion. Le leader de Cock Robin a fait le plein de spectateurs lors de son escale savinienne le vendredi 6 février en offrant un concert teinté de nostalgie et en renouant avec les grands succès du milieu de la décennie 80 qui ont propulsé le groupe sur les cimes des charts du monde entier.

Peter Kingsbery ne manque pas d’humour lorsqu’il évoque dans un français hésitant sa venue à Savigny. Vrai qu’il ne connaissait pas « l’Orge » avant de poser ses claviers dans notre ville. « Une céréale » s’interroge-t-il d’un ton espiègle ? Le chanteur aime la France et sa langue qu’il a appris « dans le 18e arrondissement de Paris » comme il le racontera à des admirateurs après le concert. Durant ces deux heures de spectacle, il interprétera même une de ses compositions en français, Bulle, avec cet accent si particulier qui invite au voyage. De la France, il connaît aussi Michel Berger, qu’il rencontra en 91 pour le projet Tycoon, un an avant la disparition du compositeur de Starmania. En piano voix, dans un profond dépouillement, il propose aujourd’hui sa version du SOS d’un terrien en détresse, avec la même très haute tessiture que celle de Daniel Balavoine. Only the very best signé par le parolier Tim Rice, librettiste de la plupart des comédies musicales écrites par Elton John. Des frissons alors parcourent l’assistance.

Fort bien entouré par une choriste-interprète et un batteur habile, Kingsbery rend hommage ensuite à des interprètes de son panthéon personnel. En interprétant par exemple une mélodie de Nick Cave ou le célébrissime Rain and tears, lorsque Demis Roussos, qui vient juste de disparaître, officiait au sein des Aphrodite’s Child. Un clin d’œil au passé qui a ravi Jenny, une anglaise de Liverpool, so british and so pretty, à l’image du public si enthousiaste. Pour terminer la soirée, après le concert, très simplement, Peter Kingsbery s’est prêté au jeu des questions-réponses avec ses inconditionnels, tout en dédicaçant disques et posters.