Jean TERZIEFF (1894-1978)

Sculpture exposée dans la cour d’honneur de la mairie : « La paix terrassée par la barbarie nazie », réalisée en 1939 pour dénoncer le bombardement de Varsovie par Hitler, à l’origine de la 2ème Guerre mondiale.

Sculpteur d’origine russe, Jean TERZIEFF vient en France en 1919 suivre les cours de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il fut successivement l’élève d’Antoine BOURDELLE et d’Ossip ZADKINE. Lié au milieu des artistes de Montparnasse, il faisait partie de la bande de BRANCUSI, DESPIAU, LEJEUNE, BOUCHARD, et puis plus tard de WLERICK et BELMONDO.

Amoureux de la matière, Jean TERZIEFF travaillait autant la pierre que le marbre, le bois ou la terre. De grands nus, le plus souvent féminins, des maternités ou des athlètes ponctuent un parcours créatif qui respire une certaine plénitude. Des modelés en ronde bosse marquent chez cet artiste confronté au drame de deux guerres mondiales une affirmation au bonheur possible et une confiance indéfectible en la nature humaine.

Jean TERZIEFF est également l’auteur de la sculpture exposée dans le hall de la mairie : « Le chant Dionysiaque ».

Jean TERZIEFF exposa dans tous les grands salons de son époque : Salon d’Automne, Salon des Artistes Français, des Tuileries, des Indépendants, de Mai, des Peintres Témoins de leur Temps, de l’Ecole Française, de l’Art libre, de Comparaison, Salon des villes de menton, Chantilly, Romorantin, Mantes-la-Jolie, Juvisy, Asnières …

Médaille d’or des Artistes Français - Prix de la Sculpture de la Ville de Paris en 1959
Prix de l’Institut de France - Commandeur des Arts et Lettres
Premier grand prix du Salon de l’Art libre

d’après le site Internet du Sénat