Page d'accueil » Le site » Un gymnase flambant neuf
EQUIPEMENT
Un gymnase flambant neuf

Réhabilité de belle manière, le gymnase Champagne a officiellement été inauguré par le Maire le 29 novembre après de longues années de rénovations et de remises aux normes. Retour sur un bref historique de ce bâtiment qui accueille déjà des écoliers et des associations sportives.

A l’origine, le gymnase Champagne était un bâtiment complétant le dispositif mis en place par la direction de l’Education surveillée en direction des mineurs délinquants avec un centre d’observation public qui a évolué au milieu des de la décennie 70. Le gymnase comprenait, entre autres, une salle de musculation et un terrain de basket. Il appartenait au ministère de la Justice. Mais en 2005, une convention lie la ville de Savigny au ministère sur l’utilisation et l’entretien du site. Les écoliers de la ville peuvent alors y accéder. Ensuite, en 2009, un bail emphytéotique conclue entre les deux institutions permet à la ville de bénéficier seule durant 99 ans de l’usage du gymnase en échange de pourvoir à son bon entretien. Car le bâtiment s’est terriblement dégradé. La décision est donc prise en 2010 de commencer des travaux qui aboutiront à sa réouverture en début d’année. Déjà plusieurs associations sportives l’ont investi comme le COS Bâton Passion ou la Section PGA Rythmique Savigny Fitness Danse. Quand aux élèves des écoles Jules Ferry I et II, ils peuvent y suivre leurs cours d’éducation physique tous les lundis après-midis.

LE SAVIEZ-VOUS ?

C’est l’évêque de Laon, Gacé de Champagne, qui a donné son nom à ce site implanté sur la seigneurie de Savigny. Les documents historiques ont retrouvé sa trace à partir du XIIe siècle. Mais la dynastie d’agriculteurs, la famille Petit, a durablement marqué cette exploitation durant 170 ans, de 1744 à 1916, particulièrement à partir du milieu du XIXe siècle avec l’arrivée du chemin de fer. Charles Petit et son fils Louis en feront un domaine à la pointe du modernisme en utilisant les techniques nouvelles, notamment une machine à vapeur tractant la charrue. Mais Louis Petit sera tué au front à Verdun en 1916 et sa descendance sera trop jeune pour prendre le relais. Vendue, la propriété accueille un centre de rééducation des gueules cassées de la Grande Guerre qui se réadaptent là à la vie professionnelle en pratiquant les métiers de l’agriculture. Puis, durant la Seconde Guerre mondiale, le ministère de la Justice acquiert la propriété pour y installer un centre de l’éducation surveillée des mineurs délinquants. De 1945 à 1972, des milliers de jeunes passeront à la ferme Champagne en espérant une probable réinsertion.