Page d'accueil » Le site » Le Devoir de Mémoire
RETOUR SUR...
Le Devoir de Mémoire

L’édition 2014 du voyage de la Commission du Devoir de mémoire a permis aux collégiens saviniens de partir sur les traces des combattants de Belgique et du Luxembourg. Retour sur deux jours de découvertes sur un passé sanglant.

Comme chaque année, aux premiers jours du printemps, les représentants des associations d’anciens combattants ont accompagné une centaine de collégiens sur les lieux des conflits des deux grandes guerres du XXe siècle dans le cadre des voyages de la Commission du Devoir de mémoire, présidée par Daniel Courtin qui souligne : « Cette année, nous avons souhaité mettre l’accent sur une Europe du Nord en prise avec le Nazisme, en parcourant notamment la Belgique et le Luxembourg. » et dans le souvenir de Victor Hugo, écrivant : « Une guerre entre Européens est une guerre civile. »

Première étape, Bastogne, en Belgique. Le tout nouveau musée dont les Saviniens furent quasiment les premiers visiteurs s’est équipé d’outils multimédias qui permettent de revivre les événements dans un décor à la véracité surprenante. Daniel Courtin le décrit : « Nous étions assis dans un café reconstitué et par les vitres, nous pouvions voir des Américains, des Allemands et des infirmières passer dans la rue. Soudain, le sol a semblé se dérober sous nos pieds et par la magie d’un instant et du changement de décor, nous nous sommes retrouvés dans la cave de ce café, au milieu de lits sur lesquels se reposaient des rescapés qui se cachaient. » Grâce à ce dispositif à la fois impressionnant et ludique, les adolescents ont été captivés par ces saynètes réalistes. Une autre salle faisait évoluer les visiteurs au milieu de la neige dans la forêt pour revivre la terrible bataille des Ardennes. Après un dépôt de gerbes au Mémorial, les collégiens reprenaient la route en direction du Luxembourg.

Seconde étape, Esch. « Au début de la Seconde Guerre Mondiale, le Luxembourg offrait une neutralité bienveillante et cordiale avec le régime nazi, résume Daniel Courtin. Ce sont les Scouts qui les premiers se sont opposés contre ces envahisseurs et le pays a suivi ce vent de rébellion et de révolte. » La particularité de cette ville est de disposer de plots répartis sur les trottoirs sur lesquels figurent les noms des victimes avec dates de naissance et de mort. L’Histoire se mêle ainsi à la vie quotidienne pour que la mémoire ne s’efface pas.

Les professeurs avaient lors de leurs cours proposé à leurs élèves de travailler sur cette thématique bien en amont pour contextualiser les faits et les rendre un peu plus vivants. Ainsi, après avoir compris les enjeux de ces conflits, les enfants ont été impressionnés par la barbarie humaine qu’ils ont pu percevoir à travers ces visites.