Page d'accueil » Culture » Archives & Histoire » Pages d’Histoire » Savigny-sur-Orge côté nature : l’Yvette
Savigny-sur-Orge côté nature : l’Yvette
Longue de 39 kilomètres, grossie d’une vingtaine de petits rus, l’Yvette prend sa source dans la forêt de Rambouillet et traverse la vallée de Chevreuse avant de s’aventurer dans la banlieue plus urbanisée. Deuxième rivière de Savigny-sur-Orge, elle borde joliment le quartier de Grand-Vaux puis se jette dans l’Orge au carrefour des trois communes de Savigny, Epinay et Morsang-sur-Orge.

Comme pour l’Orge, ponts, passerelles, lavoirs, embarcadères, ont longtemps animé ses rives. En particulier la grosse entreprise qu’était le moulin de Petit-Vaux. Moulin à eau à la limite de Savigny et Epinay, ce grand bâtiment en meulière de cinq niveaux, exploité par la famille Chicoineau de 1871 à 1966, puis démoli en 1980, faisait partie du domaine de Grand-Vaux, propriété de la famille Vigier. Dernier pont jeté sur l’Yvette, la passerelle du pré aux Houches est une invitation à flâner sur ses berges.

Les nécessités de l’urbanisation ont quelque peu bousculé l’Yvette, jusqu’à la faire sortir de son lit. Qui imaginerait en empruntant la départementale au pont des trois arches en direction de Sainte-Geneviève-des-Bois que l’on roule dans le lit de la rivière ? Si aujourd’hui la double voie passe sous les deux arches de gauche, et la rivière coule sous l’arche de droite, il n’en a pas toujours été ainsi, au début du siècle, la rivière passait sous l’arche centrale du pont du "chemin de fer d’Orléans".

Un syndicat aux petits soins

En 1945, est créé le Syndicat intercommunal pour l’aménagement hydraulique de la vallée de l’Yvette (SIAHVY), regroupant toutes les communes riveraines – dont Savigny –. Ses missions sont à la fois techniques et environnementales. Si, il y a encore un demi-siècle, l’Yvette était considérée comme une des meilleures rivières à truites de la région, grâce à l’action du SIAHVY, elle reste un cours d’eau très "nature". L’été, l’eau s’éclaircit, la végétation aquatique reprend malgré le curage annuel. On y voit s’ébattre grenouilles, sangsues, alevins. Les hirondelles survolent la surface de l’eau à la recherche d’insectes à gober. Laissons-nous donc tenter par une balade au bord de l’eau et franchissons le petit pont de bois du pré aux Houches…