Page d'accueil » Culture » Archives & Histoire » Saviniens illustres » Louis DUCOS DU HAURON (1837-1920)
Louis DUCOS DU HAURON (1837-1920)

Louis-Arthur-Montalembert Ducos - dit Ducos du Hauron - est né à Langon (Gironde) le 8 décembre 1837.

Très jeune déjà, bien que n’ayant pas fait d’études scientifiques particulières, il s’intéresse à la photographie que vient d’inventer Daguerre. Jamais marié, il passe presque toute sa vie en compagnie de son frère Alcide et sa famille.

En 1864, année de la naissance de Lumière à Besançon, il prend un brevet, pour un appareil conçu mais jamais réalisé, de photographie animée, sorte de préfiguration du cinéma.

Dès 1868, il met au point le principe de la trichromie qui permet d’obtenir une image colorée en superposant trois épreuves monochromes issues de trois négatifs différents. Ainsi, présente-t-il à sa famille, émerveillée, la première photographie en couleur réalisée dans le monde. Le 3 novembre de la même année, il prend son brevet sur les couleurs en photographie.

Le procédé est long et minutieux ; ainsi ne connaît-il pas le développement qu’on aurait pu attendre. Cependant, il est encore utilisé aujourd’hui pour l’impression des gravures polychromes.

1878. Ducos du Hauron présente à l’Exposition Internationale une collection de photochromies en gélatine, de format moyen. Il y trouve un allemand qui lui en propose l’exploitation industrielle ; Il refuse.

1884. Il va rejoindre son frère, conseiller à la Cour d’Appel d’Alger. 1896. Après douze ans de séjour en Algérie, il s’installe à Paris.

1900. A l’occasion de l’Exposition de Turin, il est décoré de la Légion d’Honneur et le gouvernement lui attribue une subvention annuelle de mille deux cent francs.

1902. Il prend sa retrait et s’installe à Savigny-sur-Orge, au 14 rue des Rossays en compagnie de sa famille. Il y perd en 1909 son frère Alcide et en 1912 son neveu qu’il aimait comme son propre fils.

1914. Désemparé, il se retire à Agen avec sa belle-soeur, où il meurt en 1920, à l’âge de 83 ans.

Le 28 janvier 1951, à l’instigation du syndicat d’initiative de Savigny-sur-Orge et en présence des élus municipaux, une plaque commémorative est apposée sur sa maison.

F. et F. J.